Défiler au contenu
Logo
  • Accueil
  • Nouvelles
  • Les femmes de 50 ans et plus, une minorité visible aux solutions à la pénurie de main d’œuvre

Les femmes de 55 ans et plus, une minorité visible aux solutions à la pénurie de main d'œuvre

14 déc. 2022, Chronique sur l’emploi

Avec la pénurie de main d’œuvre les femmes expérimentées de 50 ans et plus sont une solution de retour en emploi; soit à temps plein ou à temps partiel
Avec une possibilité de subvention salariale (certaines conditions s’appliquent)

Une problématique

Les travailleuses de 55ans et plus (parfois celles de 50 ans également) ont souvent en commun d’avoir à adapter leurs stratégies de recherche d’emploi aux nouvelles réalités du marché de l’emploi. De plus, la plupart de ces travailleuses vivent une période de remise en question personnelle et professionnelle. Elles vivent de l’inquiétude, du découragement et parfois même de la panique face à leur avenir. Elles ont besoin de soutien à la fois pour se remettre en forme psychologiquement et se mettre en action. L’équipe du PONT a donc conçu un programme d’employabilité destiné spécifiquement aux femmes de 50 ans et plus afin de les aider à chercher, trouver et conserver un emploi et ce, tant et aussi longtemps qu’elles voudront demeurer actives professionnellement.

 

Bien des travailleuses âgées de notre région ont en commun :

• Scolarité désuète
• Capacité d’adaptation réduite aux nouvelles situations
• Connaissance minimale des ordinateurs
• Capacité et volonté d’apprentissage en nette régression
• Méconnaissance du marché du travail en 2022
• Estime de soi à travailler
• Évaluation des compétences : surestime et sous-estime
• Situation personnelle souvent complexe, précaire, difficile
• Santé plus fragile ou instable (certaines incapacités) ménopause
• Peu de mobilité ou absence de moyen de transport
• Réseau limité (isolement social)
• Mauvaise forme physique
• Convictions auto limitatives (perceptions négatives) les biais inconscients

Tous ces éléments (certaines femmes ont tous ces problèmes) font en sorte que la femme a beaucoup de difficulté à se mobiliser. Bien sûr, de nombreuses femmes de 55 ans ne connaîtront jamais ces aléas puisqu’elles réussissent à traverser harmonieusement les différentes étapes de la vie autant personnelles que professionnelles. Mais le fait est que la plupart des femmes de 55 ans et plus qui perdent leur emploi, (tout comme les hommes d’ailleurs) connaissent une période de remise en question qui peut altérer leur confiance en elle nécessaire pour trouver un emploi convenable. Voilà une clientèle vulnérable qui n’a pas l’habitude de l’introspection. Les femmes qui ont l’opportunité de suivre un programme d’employabilité bien structuré, et qui sont soutenues par une équipe d’intervenantes chevronnées ont toutes les chances de traverser cette période de changement avec succès.

Le programme ICTE (Initiative Ciblée Travailleuses Expérimentées)

 

Le programme proposé vise à intégrer où à réintégrer en emploi ces femmes chacune dont la majorité devraient être âgées de 50 ans et plus. Compte tenu de l’expérience acquise auprès de femmes de 50 ans et plus ainsi que du contexte régional, il apparaît évident qu’il faut s’intéresser à toutes les femmes : de 50 à 54 ans et de 55 à 64 ans et ce, tout en respectant le cadre du projet. Il ressort qu’à partir de la cinquantaine, les participantes ont un profil assez similaire et que la cohabitation des 50-64 ans s’avère très stimulante pour toutes.

Les participantes doivent être prêtes et disposées à s’investir dans une démarche volontairement axée sur une recherche active d’emploi, dans un domaine offrant de bonnes perspectives d’embauche et de maintien. Le programme de 23 semaines (formation de 10 semaines suivi de subventions salariales de 10 semaines) fournit alors aux femmes l’occasion rêvée d’actualiser leur potentiel, de faire le point, d’améliorer certaines attitudes, de reconnaître les avantages de l’expérience de la vie et de se resauter avec d’autres femmes vivant souvent les mêmes peurs, les mêmes interrogations et ainsi améliorer leurs compétences.

La nature des interventions

Le PONT propose une démarche active, centrée d’abord sur les possibilités d’emploi dans des secteurs en demande en Mauricie. Il est également essentiel de reconnaître les expériences de travail ou de vie qui sont transférables en emploi pour les participantes. Tout ceci dans le but ultime d’améliorer leur employabilité. Nous proposons d’abord une formation de base progressivement transformée en atelier de recherche d’emploi et de formations d’appoint ainsi qu’une subvention salariale.

Une première rencontre individuelle visera à évaluer la situation de la cliente face à la perte de son emploi ou à la suite d’une réflexion sur son retour au travail, à la réintégration et au maintien d’un nouvel emploi et à la motivation à entreprendre une démarche active de recherche d’emploi pour une intégration à court terme. En regard de la problématique identifiée, une conseillère d’orientation, une conseillère en emploi et une agente de liaison sont disponibles et un plan d’action est établi pour permettre de compléter les acquis sur le plan de la recherche d’emploi.

Une subvention salariale

De concert avec l’agente de liaison, les participantes contacteront des employeurs de la région dans le but de bénéficier d’une subvention salariale d’Emploi-Québec. Les employeurs défrayeront 50% du salaire ainsi que les avantages sociaux. Les participantes devront se présenter aux ateliers de recherches d’emploi jusqu’à l’obtention d’un emploi (subventionné ou non). Un maximum de treize semaines de subventions sera alloué dans le cadre de ce programme. Un modèle de grille horaire est annexé à ce document.

Des cohortes intergénérationnelles

Au PONT, nous avons compris la nécessité de briser l’isolement de nos participantes et être attentives à leurs besoins et y répondre. Nous avons un atelier de fin de cohorte destiné en effet à une entrevue pour savoir leurs souhaits, leurs volontés, bref ce qu’elles veulent (…) C’est pourquoi dorénavant nos cohortes sont mixtes (tout programme confondu) et intergénérationnelle. Toutes nos participantes de tous âges, tous origines, toutes histoires composent la cohorte à la grande satisfaction de toutes.
Nos femmes de 50 et plus sont des mines d’informations et d’apprentissages avec une expérience et une capacité à apprendre sur le tas à partager avec nos plus jeunes qui à leur tour leur partage leur rapidité à se servir des nouvelles technologies de l’information.

L’atelier les générations en emploi les prépare à se confronter, s’entendre et se comprendre comme femmes de générations différentes. Un atelier qui les met face aux différences et chocs de génération qu’elles pourraient rencontrer en emploi. Les discussions et échanges sans tabous permettent de trouver ensemble des solutions individuelles et collectives.

– Comprendre l’origine des comportements
– Éviter d’être dans le jugement
– Travailler notre ouverture d’esprit face aux différences
– Composer avec l’autre sans se dénaturer
– Accueillir le changement et la vitesse, qui sont inévitables
– Communiquer
– Accepter le passage du temps au lieu d’être en quête de jeunesse éternelle

Au PONT nous allons
· Définir les cibles d’emploi qui leur correspondent
· Acquérir des outils simples pour leur recherche d’emploi
· Leur offrir du soutien et de l’accompagnement dans leur démarche voir un placement assisté
· Développer leurs acquis et compétences par des formations, alimenter leur sentiment d’appartenance… leur confiance et leur estime personnelle

Une banque de chercheuses d’emploi à temps partielle

La demande qui découle de cet échange que nous avons avec chacune d’elle sur leur besoin, est  l’idée d’une banque de candidature pour du travail à temps partiel à proposer aux employeurs. Une de nos participantes ancienne conseillère municipale (oui nous sommes là pour toutes les femmes ne l’oubliez pas) a été en effet celle qui a proposé cette banque de candidates pour le travail à temps partiel. Plusieurs femmes de 50 ans et plus sont proches aidantes d’un époux ou d’un parent malade ou d’un aîné à charge; alors le travail à temps partiel s’impose pour faciliter la conciliation travail et rôles de vie. Voilà donc un projet pilote que nous allons mettre en branle avec notre agente de liaison auprès des employeurs. Sonder leur volonté et leur réponse à cette demande de plusieurs femmes prêtes même à former des duos de compétences ou d’employées pour un même emploi. Du genre deux techniciennes comptable ensemble, deux adjointes administratives etc… Ne dit-on pas que rien est impossible à celles qui osent et croient. On verra où nous mènera ce projet pilote.(…)

Pour conclure:

Mise en situation: Un exemple de demande qui dit un peu le besoin en emploi d’une ICTE (Initiative Ciblée Travailleuse Expérimentée)

Louise (prénom fictif) a 58 ans. C’est une femme travaillante, empathique et qui prend soin des autres avant de prendre soin d’elle-même. Elle vient de quitter son emploi de préposée aux bénéficiaires qui était trop exigeant physiquement. Elle est aussi aidante naturelle pour ses parents qui sont en résidence.
Louise veut se trouver un emploi…

– (Louise) Je m’appelle Louise, et je veux trouver un emploi moins exigent physiquement et où j’aurai moins de pression et de responsabilités

(Réponse de la conseillère) :

Au PONT nous allons
· Définir les cibles d’emploi qui te correspondent
· Acquérir des outils simples pour ta recherche d’emploi
· t’offrir du soutien et de l’accompagnement dans la démarche voire un placement assisté
· Développer des compétences par des formations, ton sentiment d’appartenance… ta confiance et ton estime personnelle

– (Louise)Est-ce que toute cette aide va me coûter de quoi?

(la conseillère) :
– NON!
Au PONT, tous nos services sont entièrement GRATUITS, tu as bien fait d’être venue nous voir, je m’occupe de toi!

(…)

Voilà notre mission et nos actions auprès des femmes du programme initiative ciblée travailleuse expérimentée.

Par Elvire B Toffa
Agente de développement et de communication